Gluten or not gluten?

Bonjour tout le monde!

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler du sans gluten… ou plutôt de la question:

Gluten or not gluten?

Une précision avant de commencer cet article: je ne suis pas nutritionniste! Cet article n’est pas un article scientifique, il est basé sur ma propre expérience, sur ce que j’ai lu et entendu et sur ce que j’ai testé. Je mettrai quelques liens à la fin de l’article mais il vous appartient, si vous le désirez, de faire vos propres recherches.

La question du gluten:

On trouve du gluten dans les céréales, ainsi que dans une multitude de produits alimentaires, caché sous des noms différents. Pour les céréales, il s’agit principalement du blé (froment, épeautre, kamut), de l’orge, du seigle, et de tous leurs dérivés sous forme de pains, chapelure, boulghour, semoule etc… donc dans les pâtes aussi, dans tout ce qui est pané, tout ce qui contient des céréales etc… Il existe des listes d’aliments qui en contiennent ou non, vous les trouverez facilement sur internet.

Il faut dire que dans l’alimentation occidentale d’aujourd’hui, il est très difficile d’échapper au gluten!

Il y a de nombreuses pathologies associées à l’allergie ou l’intolérance au gluten, en passant de la maladie cœliaque à d’autres symptômes comme ceux que je vais vous décrire plus bas et qui sont associés à mon expérience.

Si vous vous soupçonnez une intolérance, je vous invite à consulter votre médecin s’il est réceptif aux questions des allergies alimentaires, ou à vous documenter et à tester sur vous même en supprimant le gluten de votre alimentation quelques temps et observer ce que cela vous fait.

Mon expérience

Je n’ai pas d’allergie alimentaire connue et j’ai consommé pendant très longtemps des produits laitiers et des céréales contenant du gluten sans aucun symptôme… jusqu’à il y a quelques années. Attention, passage pas glamour (mais il faut bien en parler): j’avais de nombreux symptômes du genre ballonnements (beaucoup), gaz (ça glougloutait tout le temps là-bas dedans), transit pas terrible, et souvent mal au ventre. Je suis allée voir un médecin qui m’a dit, je m’en rappelle très clairement: « vous devez avoir le syndrome du colon irritable ». Bon, ok, mais j’en fais quoi de ça, moi? Rien. Aucun accompagnement ni aucune aide de la part du médecin, merci beaucoup, débrouillez-vous.

Heureusement pour moi, je m’intéresse à la nutrition depuis longtemps. Je lis, je m’informe, je teste. C’est comme ça que j’en suis venue à m’informer sur le gluten et ses conséquences. Tout ça s’est fait vraiment lentement, petit à petit et pas du jour au lendemain. D’ailleurs, j’ai un peu arrêté le gluten pendant un petit moment, mais sans être vraiment assidue, et les symptômes se sont calmés d’eux-mêmes. Je n’étais sûre de rien, je ne savais pas si tout cela était relié au gluten ou pas.

Du coup je me suis remise à manger comme avant. Et j’ai recommencé à avoir des symptômes super sympas comme ceux que j’ai décrits plus haut. Mais en fait, comme je ne voyais pas trop de solution j’en rigolais avec mes copines (elles aussi pleines de ballonnements soit dit en passant… les filles si vous me lisez, testez le sans gluten) et je me disais que c’était la vie, que c’était comme ça, que tout le monde pète et voilà.

Mais récemment quand même, les symptômes s’aggravant, je me suis penchée de nouveau sur la question du sans gluten. Et j’ai décidé d’arrêter complètement, pour tester, pour voir.

Et bien, je revis!

Je n’ai plus de ballonnements, de gaz, de maux de ventre. C’est, pour moi, une révélation.

Et surtout je vois clairement la différence lorsque je mange sans gluten et lorsque je dérape et que je remange un produit avec gluten. Mes intestins me le font savoir!!

Le plus dur?

Quand on sort manger à l’extérieur (encore qu’on peut aujourd’hui trouver assez facilement des plats sans gluten), mais surtout quand on est en famille ou chez des amis. Peu nombreux sont les gens qui comprennent: « oh, mais t’es pas malade non plus, hein, une petite part de ce gâteau ne va pas te faire mourir! Fais toi plaisir! ». Je n’ose pas trop imposer ce choix alimentaire aux autres, du coup je mange comme tout le monde lorsque je suis en société. Mais je le paye le lendemain et pendant quelques jours ensuite, car tous les symptômes réapparaissent. A moi maintenant de trouver le courage d’expliquer, et d’amener des solutions (amener un gâteau fait maison sans gluten, du pain sans gluten etc…).

Le plus génial?

La diversité de nouveaux goûts que je me suis mise à expérimenter: les farines sans gluten pour des pains pleins de saveurs (farine de sarrasin, de riz, de quinoa, de pois chiche, de coco…), les riz complets et semi-complets, les brisures de sarrasin façon boulghour etc… Ça me rappelle lorsque j’étais enfant et que mes parents nous faisaient manger du riz complet. Plus tard lorsque j’ai mangé du riz blanc pour la première fois, je me souviens nettement que j’avais trouvé ça fade et pas très bon. Et bien là c’est dans l’autre sens… je découvre des saveurs riches et délicieuses, et le blé ne me manque pas du tout!

Une précision: je n’achète pas les produits sans gluten du commerce (pain, gâteaux etc…) car ils sont bourrés de cochonneries et présentent souvent un haut index glycémique! Donc je cuisine le plus possible. Je mettrai sur ce blog des recettes sans gluten au fur et à mesure que je les teste. En ce moment je teste des recettes de pain sans gluten à la machine à pain, en essayant de garder un index glycémique pas trop élevé.

Autre précision: je ne bois plus de lait depuis des années maintenant. J’ai récemment supprimé également les yaourts (je suis passée aux yaourts de soja) et les fromages de vache. Je continue à manger encore un peu de fromage de chèvre pour le moment.

Quelques liens utiles si vous êtes curieux et/ou en recherche d’information:

Bisous à tous et à toutes!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié par

Grande passionnée de la vie, je vous invite à partager mon univers!

10 commentaires sur « Gluten or not gluten? »

  1. Coucou, j’ai beaucoup aimé ton article, personnellement je mange pratiquement sans gluten, non parce que j’avais des problèmes de santé mais parce qu’un de mes proches à la maison à la maladie cœliaque, et comment dire qu’au début c’était vraiment dur, c’était pas encore devenu une mode comme aujourd’hui et on a testé des produits vraiment bizarres ^^ mais au final on s’en sort mieux en cuisinant tout nous même plutôt que de ce casser la tête à trouver des produits sans gluten pas trop cracra dans le commerce 🙂

    J'aime

    1. Hello! Merci pour ton commentaire et le partage de ton expérience ! 🙂 en ce moment je fais pas mal d’écarts « glutenesques » 😉 et je le sens passer! Ça me confirme bien que je me sens quand même beaucoup mieux lorsque je le supprime de mon alimentation. Et tu as raison, cuisiner le plus possible est la clé! De toute façon, gluten ou pas, une alimentation saine passe par la cuisine et les produits que l’on choisit. Bisous à toi !

      Aimé par 1 personne

  2. Pour en savoir plus sur l’intestin en général, je vous conseille « Le charme discret de l’intestin » de Giulia Enders aux éditions Actes Sud.

    J'aime

  3. Merci pour le partage de ton expérience. L’idée me trotte depuis un moment. (aussi en pensant à mon fils) Mais je crois que j’aurais besoin d’un accompagnement (naturopathe ?). On en trouve tellement partout ! Se lancer seule me paraît difficile. J’ai peur de me sentir « privée ». Mais visiblement, la récompense en vaut la chandelle !
    Je te glisse un blog (en sommeil) sur le thème : http://bledormant.canalblog.com

    J'aime

    1. Ça paraît difficile comme ça mais en fait pas vraiment. Petit à petit je commence à découvrir de nouvelles façon de cuisiner. Une de mes premières expériences est le pain (je ferai un article dessus bientôt), avec la machine à pain. C’est plutôt bon! Sinon j’ai deux livres de recettes sans gluten et sans lactose et ça m’aide aussi beaucoup. Dans un 1er temps peut être que tu pourrais y aller en douceur, en remplaçant les produits un par un…les pâtes par exemple, ou le pain… tout changer d’un coup est difficile et les nouvelles habitudes demandent un petit temps d’adaptation pour être bien intégrées. Je suis sûre que je fais encore plein d’erreurs, mais je ne me mets pas de pression. Une chose après l’autre. Si te faire accompagner par quelqu’un te rassure, fais le ! Ça peut te donner des bases. Sinon, plein de livres existent. Je t’embrasse, tiens moi au courant !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s