Retrouver l’espace en soi

Dans ma vie idéale,

j’aurais un espace de vie toujours rangé et propre, des pièces inondées de lumière où le mobilier en matériaux nobles prendrait naturellement place, où les sols en parquets ou tommettes patinées par le temps seraient habillés de tapis venus de pays lointains, où chaque chose aurait sa place, dans un pseudo bazar toujours organisé et chaleureux. Un espace où tout le monde évoluerait dans le respect de l’autre, dans un esprit familial de partage et de joie de vivre. Un espace de vie qui inciterait à ralentir, à se poser, à rêver, à respirer, à créer, à jouer, à lire, à être ensemble… C’est ma définition absolue de la cozytude.

un exemple de cuisine qui me fait rêver!
Un exemple de cuisine qui me fait rêver!
Dans ma vie idéale,

cette jolie maison tout en pierre, en bois et en verrières ouvrirait sur un jardin. Là, j’y cultiverais un potager qui nous fournirait des légumes muris au soleil, base des repas pris en famille. Dans ce jardin, il y aurait la place pour prendre le thé au soleil, ou lire un livre allongée dans un hamac suspendu entre deux arbres. Un jardin à l’anglaise, un fouillis végétal organisé, accueillant aussi bien pour les humains que pour les esprits de passage.

garden

Dans ma vie idéale,

je prendrais le temps de cuisiner une cuisine savoureuse et saine. Je serais végétarienne et ainsi complètement en accord avec ma nature profonde. Je ne serais jamais en panne de recettes et je cuisinerais uniquement des aliments frais, qui nourrirait notre corps et notre âme.

Dans ma vie idéale,

je ferais du sport le matin suivi d’une séance de méditation, et j’aurais tout le reste de la journée pour lire et écrire, pour créer et faire de la musique.

espace en soi 5

Maintenant…

Dans ma réalité, mon chat met des poils partout et défonce mes meubles en faux bois, mon canapé et mes tapis IKEA (bon, techniquement ça vient d’un pays lointain!). Nous cuisinons, l’homme et moi, quantité de légumes mais les enfants ont du mal à adhérer. Je n’ai pas de potager et j’achète en grande surface ou à la petite boutique bio en bas de chez moi, et je ne suis pas végétarienne (même si je ne mange que peu de viande). Si j’ai du temps parce que je ne travaille pas en ce moment, j’occupe la majeure partie de ce temps à m’occuper de la maison et de mes beaux-enfants. Le temps qu’il me reste, j’ai du mal à le prendre « pour moi » parce que je culpabilise un peu de ne pas travailler et de ne pas apporter d’argent au foyer ou bien je me prends la tête parce que je ne sais pas trop dans quelle direction va ma vie. J’essaie alors de m’empêcher de penser en regardant des séries ou en jouant à World of Warcraft (si, si, vous avez bien lu).

Attention, je ne me plains pas de ma vie, pas du tout. J’estime que j’ai beaucoup de chance au contraire, parce que la vision que j’ai de ma vie idéale n’est vraiment pas loin de ma vie actuelle. J’ai un homme aimant et attentionné avec qui je m’entends à merveille, des beaux-enfants hyper sympas, une maison dans un petit village de campagne et du temps pour faire un peu de sport et du brainstorming sur le sens de ma vie. Le but de ce post n’est pas de dresser la liste de tout ce qui ne va pas mais de dire que nous avons, la plupart d’entre nous, envie d’améliorer nos existences. Nous avons tous une « vie idéale », un rêve de vie. Une vie où l’argent ne serait pas un problème, où on aurait tout le temps pour vivre tranquillement notre « mission de vie ». Mais s’en plaindre et courir après un rêve d’idéal est un faux combat. Évidemment, il est tout à fait légitime d’avoir des envies et de vouloir améliorer sa qualité de vie, d’avoir des buts, autant professionnels que personnels. Mais…

Pour ma part je pense qu’une vie idéale commence, bien avant de rechercher des solutions extérieures (meilleur salaire, avoir du temps, une maison comme on voudrait, etc etc…), par retrouver l’espace en soi même. Nous avons tous des contraintes, une vie de famille ou un travail prenant. Nous avons tous la contrainte du matériel autour de nous. Mais si nous prenions le temps, un peu tous les jours, de nous retrouver en nous mêmes, de tourner notre regard vers notre intérieur, je pense que ce serait un premier pas vers la paix de l’âme et cette fameuse « vie idéale ».

Certains méditent et trouvent cet espace par ce biais là. J’ai, pour ma part, du mal à trouver la motivation de m’y mettre, et peut-être que la méditation n’est pas ce qui me correspond le mieux. Je pense qu’un des moyens qui marche pour moi est l’écriture. C’est un moment où je me sens directement reliée à ma « source », mon être intérieur. Comme si j’étais reliée par un fil à quelque chose de plus grand que moi-même. C’est sans doute cela qu’on appelle l’inspiration. L’écriture me permet en tout cas de me retrancher à l’intérieur de moi et de retrouver cet espace de liberté absolue. Je pense que la création d’une vie idéale commence par le fait de retrouver cette connexion avec notre divin, cet espace où nous sommes totalement nous-mêmes. Et les changements que nous souhaitons apporter à notre vie, qu’ils soient matériels ou spirituels, doivent partir de là. La solution est à l’intérieur et non pas à l’extérieur…. Une fois dans cet espace, nous pouvons créer ce que nous voulons et être ce que nous voulons!

espace en soi4

Bisous à tous et passez un merveilleux week-end!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié par

Grande passionnée de la vie, je vous invite à partager mon univers!

2 commentaires sur « Retrouver l’espace en soi »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s